Catégorie : Ateliers et événements

Ateliers et événements

L’AMFCR participe à la formation aux critères d’identification des…

Samedi 23 février 2019, au Muséum d’Histoire Naturel de Marrakech, s’est tenu un atelier de formation aux critères d’identification des rapaces du Maroc. Cette formation a été dispensée par Mohamed Radi du GREPOM (Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc), Karim Rousselon de l’AMFCR (Association Marocaine pour la Fauconnerie et la Conservation des Rapaces) et Fabrice Cuzin (Consultant en aires protégées et études d’impacts), en partenariat avec l’Université Cady Ayyad (UCA), le Muséum d’Histoire Naturel de Marrakech et le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD).

Les objectifs de la formation ont été le renforcement des capacités d’identification des oiseaux dans la nature dans le cadre notamment du Programme ATLAS de recensement National des Oiseaux de Proie au Maroc. Le Programme ATLAS, doit permettre à terme l’acquisition de données permettant de mieux connaitre la dynamique des populations de rapaces au Maroc, afin de pouvoir optimiser la Conservation des espèces qui auront été jugées les plus menacées.

Le public présent était constitué de membres du GREPOM et autres ONG, représentants de la DREF (Direction Régionale des Eaux et Forêts du Haut Atlas) et de Doctorants de l’UCA.

L’atelier a démarré à 9h avec la présentation de Mr Karim Rousselon du Programme ATLAS de recensement des rapaces de la région méditerranéenne initié par l’IUCN, tout en insistant sur la contribution du HCEFLCD et des ONG marocaines ainsi que sur les modalités de l’exécution de ce projet de recensement.

Cet atelier a connu la présence d’une vingtaine de participants constituée des membres du GREPOM, des représentants de la Direction Régionale des Eaux et Forêts du Haut Atlas (DREF), des étudiants Doctorants et un représentant d’une Association de Fauconnerie.  L’exposé sous forme Powerpoint a été réalisé par Mr. Radi Mohamed (Coordonnateur de l’unité Marrakech-Haut Atlas-GREPOM) et a été présenté par Mr. Karim Rousselon, Président de l’AMFCR (Association Marocaine pour la Fauconnerie et la Conservation des Rapaces), avec la participation de Mr. Fabrice Cuzin.

Des échanges fréquents entre les participants et les formateurs ont ponctués le déroulement de l’exposé. La qualité de la présentation et les informations apportés par les intervenants, ont contribué non seulement à l’acquisition des techniques et méthodes d’identification des Rapaces, mais aussi, à l’enrichissement des connaissances de l’écologie, du comportement et la distribution des ces oiseaux au Maroc.

A la fin de l’exposé, la séance des questions a été suivie par la pause café et l’atelier a pris fin à 12h 30, après la photo du groupe de participants.  D’autres sessions de ce type seront organisées dans le futur.

l'IAF Ateliers et événements

L’AMFCR participe à l’Assemblée Générale annuelle 2018 de l’IAF…

À Bamberg en Allemagne, l’Association Marocaine pour la Fauconnerie et la Conservation des Rapaces a participé le 22 octobre dernier à l’Assemblée Générale de l’Association Internationale pour la Fauconnerie et la Conservation des Oiseaux de Proie (IAF). Les deux événements phares cette année étaient la célébration du 50ème anniversaire de l’IAF, et l’élection de son Excellence Majid Mansouri à sa tête.

 

 L‘ AMFCR a participé du 21 au 24 octobre à Bamberg en Allemagne à l’Assemblée Générale annuelle de l’IAF. L’organisation à but non lucratif a pour mission de sauvegarder l’Art de la Fauconnerie  et compte un maillage de quelques 115 clubs et institutions spécialisés dans plus de 90 pays dans le monde. Plusieurs activités étaient au programme de cette assemblée, mais la spécificité de cette année a été l’élection de son Excellence Majid Mansouri, qui vient remplacer Docteur Adrian Lombard au poste de Président de l’IAF. 

Un autre anniversaire a également été célébré, celui du Falkenorden (DFO), l’organisation principale de Fauconnerie Allemande, et affiliée à l’IAF. L’AMFCR a été notamment conviée à la réunion des Délégués Nationaux ainsi qu’aux divers sessions de chasses au vol.

Élection de son Excellence Majid Mansouri, premier Président arabe de l’IAF:

Un autre fait marquant qui a eu lieu cette année: l’élection de son Excellence Majid Mansouri à la tête de l’IAF. C’est la première fois depuis la création de l’IAF qu’un président d’origine arabe est élu à sa tête. Durant son mandat comme vice-président de l’IAF pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, Son Excellence Majid Ali Al Mansouri a élaboré la stratégie de l’IAF pour cette région.

En tant que membre fondateur et Secrétaire Général de l’Emirates Falconers’ Club, il a contribué au programme Cheikh Zayed libérant ainsi plus de 1 600 faucons dans la nature. Il a également fondé l’hôpital des Faucons d’Abou Dhabi et a travaillé sur des projets visant à augmenter le nombre des Houbaras. En 2008, son Excellence Majid Al Mansouri a reçu le prix de la « Meilleure Personnalité Environnementale » lors du Conseil de coopération des États du Golfe.

 

Récupération & Réhabilitation

Conservation des rapaces: L’AMFCR participe au troisième atelier national

Lors du troisième atelier pour l’élaboration d’une stratégie de Conservation des rapaces au Maroc, l’AMFCR a présenté le bilan de ses réalisations ainsi que son projet de Centre National pour la Réhabilitation des Rapaces.

 

 Le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) en collaboration avec le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN (UICN-Med) et le Gouvernement régional de l’Andalousie, ont organisé, du 2 au 4 octobre 2018 à Jbel Moussa, une série de formations sur les méthodes de recensement et de suivi de ces oiseaux de proie. L’événement fait partie de la série d’activités développées pour un transfert de connaissances sur la Conservation des rapaces menacés entre techniciens et gestionnaires des deux rives de la Méditerranée.

L’AMFCR révèle les résultats de ses réhabilitations

Lors de ce troisième atelier pour l’élaboration d’une stratégie de Conservation des rapaces au Maroc, l’AMFCR a présenté le bilan relatif aux rapaces réhabilités dans son centre provisoire durant ces 10 derniers mois. Les participants ont salué les efforts déployés par l’AMFCR et les résultats encourageants qui ont été atteints: plus d’un tiers des oiseaux réhabilités ont pu regagner la Nature. A la fin de la présentation, l’AMFCR a révélé son projet de création d’un centre National de réhabilitation des rapaces actuellement en cours de préparation.

En marge de l’événement, l’AMFCR a relâché un vautour fauve réhabilité par ses soins. L’oiseau avait été retrouvé dans la région de Bir Jdid en septembre dernier. Contacté par le citoyen qui l’a récupéré, l’AMFCR avait alors fait le déplacement puis entrepris de réhabiliter l’oiseau de proie qui n’était pas blessé mais semblait souffrir d’une fatigue extrême.

Vers un premier recensement des rapaces rupicoles

Ce troisième atelier a eu pour objectif d’établir une feuille de route en partenariat avec les ornithologues marocains de tous bords –GOMAC, AMFCR, AGIR, GREPOM, ASARA– et des agents d’autorités concernées -HCEFLCD, Gendarmerie Royale- afin de parvenir à une meilleure connaissance de ces espèces au Maroc. Cette formation est organisée dans le cadre du projet « Safe Flyways – reducing energy infrastructure related to bird mortality in the Mediterranean », financé par la Fondation MAVA.

Plusieurs présentations et débats se sont succédé durant les trois jours dans l’objectif d’organiser un premier recensement des rapaces rupicoles au Maroc. Tous les participants se sont accordé sur la nécessite urgente de réaliser ce dénombrement et dans un deuxième temps un suivi, qui permettront de poser les bons diagnostiques puis les plans d’actions nécessaires pour sauvegarder les espèces de rapaces menacés au Maroc.

Ateliers et événements

Atelier : Identification des rapaces en vol

Jbel Moussa : l’AMFCR a participé du 27 au 29 avril 2018 à la première formation à l’identification des Rapaces en vol. Cet atelier a été organisé par Rachid El Khamlichi (Grepom Unité Nord-Ouest), spécialiste éminent des rapaces de la région du Detroit de Gibraltar.

Dans le cadre du renforcement sur les connaissances des oiseaux de proies au Maroc, le Groupe pour l’étude et la protection des oiseaux du Maroc (GREPOM) a organisé du 27 au 29 avril 2018, en partenariat avec la Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD), et avec l’appui de la commune de Taghramt, la première formation à l’identification des rapaces en vol au Jbel Moussa. Ont participé à l’évènement plusieurs associations de conservation des rapaces au Maroc, dont l’Association des Amis des Rapaces ASARA (Agadir), Groupe d’Ornithologie du Maroc GOMAC (Meknès), l’Association Marocaine de Fauconnerie et de Conservation des Rapaces AMFCR (Témara), des professeurs et étudiants de diverses Universités du Royaume.

Ont participé également les Chefs des unités de surveillance et de contrôle de la faune sauvage de la Direction Régionale des Eaux et Forêts (DREF-RIF). Parmi les officiels, étaient présent : le Caïd de Taghramt, les Commandants des Centres de l’Environnement de la Gendarmerie Royale de Tétouan et Tanger, ainsi que le Commandant et les agents de la brigade de la Gendarmerie Royale de Ksar Sghir. Durant la journée du 28 avril, et après une visite au Centre de Récupération et de Réintroduction des Vautours fauves de Jbel Moussa, les participants ont eu l’occasion d’assister aux présentations. Était également exposé une partie du matériel utilisé pour le suivit de la faune sauvage, des brochures et guides de terrain.

Trois exposés ont été présentés. Le premier sur la Réserve de la Biosphère Intercontinentale de la Méditerranée (RBIM) par M. Rachid Abou Alouafae, chef du Service de Partenariat pour la Conservation et le Développement des Ressources Naturelles (DREFLCD – Rif). Le deuxième sur la stratégie de la migration des rapaces par le détroit de Gibraltar, présenté par M. Rachid El Khamlichi, coordinateur régional du Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc, (GREPOM/Birdlife). Et le troisième, présenté par M. Karim Rousselon, Président de l’Association Marocaine de Fauconnerie et de Conservation des Rapaces (AMFCR), expliquant les techniques et la méthodologie sur l’identifications des rapaces en vol. A la suite de ceux-ci, une discussion a été ouverte, permettant aux intéressés d’approfondir leurs connaissances sur des aspects plus techniques.

Le 29 avril, les participants ont profité d’une session pratique sur le terrain, permettant l’observation de plusieurs espèces de rapaces en migration (prénuptiale), sous l’encadrement des formateurs. Matériel d’observation et guides de terrain ont été fournis aux participants. La clôture de l’évènement a été marque par la remise d’une attestation de formation à tous les participants. Un pas de plus pour la sensibilisation à la protection du biotope et des espèces au Maroc a été franchi.

atelier Chasse au Vol - Fauconnerie

L’AMFCR participe à l’atelier régional sur la conservation et…

L’Association Marocaine pour la Fauconnerie et la Conservation des Rapaces (AMFCR) a participé jeudi 30 novembre 2017, à El Jadida, à l’atelier régional sur la conservation et le développement de la Fauconnerie.

Dans le cadre de l’opérationnalisation du plan régional de la Loi 29-05, la Direction Régionale des Eaux et Forets et à la Lutte contre la Désertification du Centre a organisé l’atelier de lancement du « Programme régional de conservation et de développement patrimonial de la fauconnerie » le 30 novembre 2017 à El Jadida. Cet atelier, a permis d’associer un large spectre de partenaires institutionnels, de scientifiques au même titre que des associations de fauconniers.

L’organisation de cet atelier sur la fauconnerie est non seulement une occasion pour la mise en conformité de l’exercice de la fauconnerie avec les dispositions légales de la Loi CITES 29-05, mais constituera également une première étape pour la déclinaison opérationnelle du programme de conservation patrimoniale.

Conservation

L’AMFCR impliquée dans l’élaboration d’une stratégie nationale de Conservation…

L’Association Marocaine pour la Fauconnerie et la Conservation des Rapaces (AMFCR) a participé du 19 au 20 avril 2017 à un atelier international pour l’élaboration d’une stratégie nationale de conservation des oiseaux de proie du Maroc.

À Rabat s’est tenu du 19 au 20 avril 2017, un atelier préliminaire pour l’élaboration de la stratégie nationale de conservation des rapaces. Coordonné par  le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) et le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN-Med). Cet atelier a été organisé dans le cadre du projet «Élaboration et mise en œuvre de plans d’action d’espèces dans les pays méditerranéens: amélioration de la capacité de gestion pour la conservation d’espèces menacées au Maghreb ».

L’évènement a rassemblé divers profils en relation avec la thématique des rapaces: des autorités nationales et locales, des Membres des commissions de l’UICN et des membres d’associations locales de conservation de la nature (experts du Groupe des spécialistes de l’UICN, GREPOM/Birdlife Maroc, du Groupe d’Ornithologie du Maroc (GOMAC) et de l’Association des Amis des Rapaces (ASARA)), ainsi que des experts internationaux -représentants de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS)- et des experts de la conservation et de la réintroduction des rapaces du Ministère régional de l’Environnement de l’Andalousie (Espagne).

Les principales menaces qui pèsent sur les oiseaux de proie au Maroc ont été évoquées et hiérarchisées (Électrocution, empoisonnement, etc…), permettant aux participants d’établir une feuille de route pour l’élaboration de la première version d’une stratégie de conservation des rapaces du Maroc, alignée au Mémorandum d’Entente sur la conservation des oiseaux de proie migrateurs d’Afrique et d’Eurasie de la CMS et son Plan d’action multi-espèces pour la conservation des vautours d’Afrique-Eurasie.

Ateliers et événements

L’AMFCR participe au deuxième atelier national sur la Conservation…

À Rabat, le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) et le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN-Med) ont organisé les 14 et 15 mai 2018 un atelier de formation sur l’identification et l’atténuation de l’impact des infrastructures électriques sur l’avifaune. En marge de l’évènement une convention a été signée entre le HCEFLCD et la Fondation Européenne pour la Conservation et la Fauconnerie (EFFC). L’AMFCR, dans le cadre de cette convention, jouera le rôle de relai entre les 2 signataires.

Depuis 2015, le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) en collaboration avec le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN (UICN-Med) et d’autres partenaires dans la région, développent des activités de transfert de connaissances en relation avec la conservation de rapaces menacés entre techniciens et gestionnaires des deux rives de la méditerranée. Dans ce contexte, et suivant la feuille de route convenue dans des séminaires précédents, le HCEFLCD et l’UICN-Med ont organisé les 14-15 mai à Rabat un atelier de formation sur l’identification et l’atténuation de l’impact des infrastructures électriques sur l’avifaune.

L’objectif principal de cet atelier -qui fait suite à l’atelier organisé les 19 et 20 avril 2017- est de promouvoir l’échange et le transfert des connaissances et des expériences acquises à propos de l’identification, l’adaptation et la correction des lignes électriques dangereuses pour l’avifaune. L’atelier a rassemblé 34 participants y compris des représentants et du personnel de l’HCEFLCD, de l’Office National de l’Électricité (ONE), des membres des ONG impliquées dans la conservation des oiseaux du Maroc et dans le secteur énergétique (ENDESA).

L’atelier fait partie d’une initiative, promue par le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN, qui vise à réduire la menace de mortalité des oiseaux de proie par l’électrocution ou collision avec des infrastructures énergétiques en Afrique du Nord, en collaboration avec les gouvernements et les sociétés d’électricité, et avec le soutien du Ministère espagnol de l’Agriculture, Pêche, l’Alimentation et l’Environnement, le Gouvernement régional de l’Andalousie et la Fondation Mava.

Lors de l’atelier les participants ont reconnu l’importance de la problématique au Maroc, le rôle de chaque acteur et la nécessité de collaboration et d’un travail multisectoriel pour avancer dans la mise en œuvre des solutions et d’un plan stratégique au niveau national. Les discussions des groupes de travail montrent que, au niveau marocain, il existe de la volonté pour avancer dans ce sens.

Au niveau technique, les intervenants ont montré l’importance de prendre des actions pour protéger l’avifaune au Maroc et l’existence de solutions. Des dispositifs efficaces pour diminuer ou neutraliser le danger des lignes électriques et des structures associées existent déjà, afin d’empêcher les oiseaux d’entrer en collision avec elles ou d’être électrocutés. Également les participants ont apprécié la présentation des méthodes pour la caractérisation des lignes électriques, pour l’élaboration d’une carte à risques et pour la priorisation des actions à mener.

Au niveau de l’organisation et des experts formateurs, l’engagement et la mise à disposition totale pour toute collaboration à ce sujet ont été réitérés. L’engagement des participants à travailler ensemble pour mettre en pratique les actions prioritaires identifiées pendant l’atelier est un pas très important. Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts travaille déjà sur la convention officielle avec l’ONE pour l’identification et la correction des points noirs. Le rôle des ONG impliquées et des scientifiques dans la caractérisation des zones importantes pour l’avifaune et des zones à risque a été reconnu, ainsi comme la nécessité de formation pour cela.

L’ONE facilitera l’information sur les infrastructures électriques et va travailler dans la caractérisation et l’inventaire exhaustif des pylônes, ce qui contribuera à compléter le guide d’identification de lignes dangereuses en préparation. Ce guide, une fois terminé, servira comme outil de formation et travail à la compagnie. En ce qui concerne la construction de nouvelles lignes électriques, les représentants de l’ONE sont d’accord avec la nécessité de prendre en compte l’impact sur l’avifaune et comptent avec la capacité technique et économique de le faire.

L’action la plus urgente signalée a été la correction du seul point noir identifié jusque-là, à Guelmin (sud-ouest du Maroc), ce qui servira comme expérience pilote. Tous les acteurs se sont engagés à travailler pour résoudre le problème. La division régionale de l’ONE sera contactée et informée de la situation et les représentants de l’entreprise de fabrication de dispositifs de correction présents dans l’atelier se sont engagés à faciliter et à installer le matériel nécessaire. Un plan d’action urgent doit être développé pour la mise en place de cette correction.